L'Echappée

Nos rêves sont le limon de nos jours à venir.

Ces jours adviennent. Les voici.

 

L’Echappée, dans l’étreinte du vent et de la vague. S’envoler, peinture liquide griffant la surface. Tout bascule, le réel et le vécu ; les bobines se mêlent et le cœur ne sait plus ; le corps chante l’instant saisi, l’instant vécu au cœur de l’intime ; au plus profond du rêve éveillé laisse sa trace sur la rétine, la lentille, le papier, un passeport pour y revenir encore et encore. Se souvenir des belles choses comme une trace volatile, une lumière immergée.

 

Résonnances

 

‘..en ce pauvre et bel instant qui lutte

             contre l’armée des secondes

et se noie dans les remous

mais me survit pourtant’

‘Les souvenirs m’observent’

 Tomas Tranströme

 

 

‘Le geste qui n’est pas soutenu lyriquement n’est qu’un dessin dans l’espace. Il ne suffit pas d’un geste, il faut une pensée qui l’habille et que le dessin qui imprime cette pensée soit rigoureux. Enfin, que se détache le Style.’

Marcel Marceau

5 octobre 1956

 

Escape

Our dreams are the silt of days to come

Those days occur.

Here they are.

 

This very afternoon, air and sea have blurred together. I walk away from the shore. Only the sea, together with her funny tiny birds, magnetizes me. It seems to be dreaming.

 

To recall the good things, like a fleeting trace, a sunken light.

© Karine Zibaut

  • Twitter Classic
  • Facebook Classic